cloud_computing_network_data

| Publié :

| Temps de lecture :

3 minutes

| Auteur :

| Guide de VNC en 5 minutes

  1. Raspberry Pi : Configuration de VNC sur Raspbian Pt1
  2. Raspberry Pi : Configuration de VNC sur Raspbian Pt2

Le Raspberry Pi est un ordinateur très abordable et très puissant pour sa taille. C’est ce qui le rend idéal pour de nombreux projets dans de multiples contextes. Cependant, il n’est pas toujours facile de trouver des informations précises dans leur intégralité. À Code Clinic, nous avons passé de nombreuses heures à essayer de mettre en place un serveur VNC fonctionnel pour nous permettre de faire fonctionner le Pi sans tête (c’est-à-dire sans clavier ni souris). Nous avons vu et essayé de nombreux tutoriels, et parcouru des forums apparemment sans fin pour essayer de faire fonctionner VNC, mais sans succès. Maintenant que nous disposons d’une installation fiable, nous avons décidé de partager nos connaissances.

Choisir le bon serveur VNC

Il existe plusieurs projets de logiciels qui prennent en charge VNC. Mais le meilleur pour vos besoins dépend fortement de ce que vous avez besoin de faire via le VNC et, en fin de compte, avec votre Pi. Si vous avez simplement besoin d’une connexion au Pi pour effectuer des tâches générales et fonctionner sans tête, nous vous recommandons d’utiliser TightVNC parce que c’est un logiciel libre, qu’il fournit une compression pour lui permettre de fonctionner sur un réseau lent (Internet) et qu’il est facilement disponible dans les dépôts de logiciels.

Pour installer TightVNC, nous vous recommandons de lire Raspberry Pi : Configuration de VNC sur Raspbian Pt1.

Si vous avez besoin de travailler spécifiquement avec le même bureau que celui affiché sur un moniteur relié au Pi, vous avez probablement déjà découvert qu’il n’y a pas beaucoup d’informations fiables disponibles. Heureusement, nous avons créé ce guide pour vous.

Modèle client-serveur

VNC suit le modèle client-serveur traditionnel. Le logiciel serveur s’exécute sur le Pi auquel il faut accéder, et le logiciel client s’exécute sur la machine locale qui souhaite contrôler l’hôte. Le serveur et le client ne doivent pas nécessairement être identiques (par exemple, le client peut être RealVNC alors que le serveur est x11VNC), mais certaines fonctionnalités ne peuvent fonctionner que si le même client et le même serveur sont utilisés.

Installer le logiciel du serveur VNC

Afin d’exécuter VNC sur le bureau par défaut -eg : celui que vous verriez sur le moniteur attaché au Pi, nous allons avoir besoin d’utiliser un serveur VNC x11. Pour ce faire, nous devons tout d’abord rafraîchir et mettre à jour les informations relatives au dépôt de logiciels à l’aide d’un logiciel :

sudo apt-get update && apt-get upgrade

Cette opération permet de mettre à jour les données du référentiel et de mettre à niveau les logiciels déjà installés. Ceci est particulièrement important si vous venez d’installer le système d’exploitation, car les informations sur le référentiel peuvent être incomplètes.

Ensuite, nous devons installer TightVNC à partir des dépôts :

sudo apt-get install x11vnc
x11vnc -storepasswd

Une fois l’installation terminée, vous serez invité à saisir un mot de passe pour le serveur VNC. Nous vous recommandons vivement de le faire, pour des raisons de sécurité.

Démarrage automatique du serveur VNC

Ensuite, nous devons créer l’entrée qui lancera le serveur x11VNC lorsque le Pi démarrera sur son bureau :

cd .config
mkdir autostart
cd autostart
nano x11vnc.desktop

L’étape suivante consiste à coller ce qui suit dans l’éditeur de terminal nano :

[Desktop Entry]
Encoding=UTF-8
Type=Application
Name=X11VNC
Comment=
Exec=x11vnc -forever -usepw -display :0 -ultrafilexfer
StartupNotify=false
Terminal=false
Hidden=false

Sauvegardez le fichier et quittez nano :

Ctrl-x
Y
< return >

Il est maintenant temps de redémarrer votre Pi, et de vérifier que x11VNC démarre automatiquement :

reboot

C’est tout ce qu’il y a à faire. Pour plus d’informations sur l’exécution d’un VNC standard sur le bureau Raspbian, voir la partie 1.